© 2018 Urbanisme et Aménagement Paris 1.

Crédits de toutes les photos du site : Juliette Maulat, Sabine Barles, Jean Debrie.

Créé avec Wix.com

  • Facebook - Grey Circle
  • LinkedIn - Grey Circle
  • Google+ - Grey Circle
Licence 3 de Géographie Parcours Aménagement

La licence de Géographie Parcours aménagement de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne sensibilise les étudiants à l'action sur le territoire. Elle offre dans cet objectif sept approfondissements spécifiques de 26 heures chacun, qui s'ajoutent aux enseignements du parcours classique de géographie de 3e année. Ils portent sur les acteurs et politiques publiques d'aménagement et d'environnement, sur les théories et instruments d'action (développement local, documents d'urbanisme, politique de la ville, architecture) et sur la pratique du métier d'aménageur (atelier maîtrise d’ouvrage urbaine).

La licence 3 de Géographie Parcours Aménagement recrute ses étudiants à l’issue de la L2 de géographie ou de son équivalent. Les étudiants provenant d’autres disciplines doivent avoir suivi une formation minimale en géographie. L’admission se fait sur dossier.

Responsable pédagogique

Isabelle Géneau de Lamarlière

Maître de Conférences

UFR 08 Géographie

191 rue Saint-Jacques, 75005 Paris

Isabelle.Geneau@univ-paris1.fr

Responsable administratif

Ahlam Abbaz

Institut de Géographie, bureau 407,

191 rue Saint-Jacques, 75005 Paris

9h30-12h15 et 14h-16h

01 44 32 14 05

L3GEO@univ-paris1.fr

Pour candidater: informations ici
1er semestre
Unité d’Enseignement 1 - Connaissances fondamentales

3 matières au choix parmi les quatre ci-dessous.

  • Théories et acteurs du développement : Cet enseignement porte sur les pays émergents et en développement. Il souhaite partir d’une lecture des idéologies et des stratégies au fondement de la notion de développement (études tropicales, tiers-mondisme, développement, postcolonial studies). Il analysera leurs évolutions et la diversification des pays concernés à la lumière des logiques d’émergence économique et des nouvelles polarisations mondiales. Il privilégiera en outre une approche par les acteurs impliqués dans le développement (États, organisations internationales, ONG, firmes multinationales, diasporas). Les CM et TD seront centrés sur les enjeux politiques, socio-économiques et culturels attachés aux mondes émergents et en développement.

  • Enjeux sociaux, enjeux spatiaux :  Cet enseignement de géographie humaine générale vise à montrer la pertinence d’une approche des questions sociales (au sens large) par la géographie. Tous les champs de la géographie humaine (géographie économique, sociale, politique, culturelle, etc.) sont mobilisés pour expliquer que l’espace n’est pas un contenant neutre dans lequel s’inscrit la société, mais un produit social en même temps qu’une matrice de la reproduction sociale. En d’autres termes, il s’agit d’explorer la dimension spatiale des sociétés, en insistant sur les processus à l’œuvre. Chaque semaine, le CM traite d’une question particulière (la sécurité, les élites, les plans stratégiques urbains, les espaces publics et le genre, etc.) qui est retravaillée dans les TD à partir de textes scientifiques distribués la semaine précédente et dont la lecture critique est obligatoire.

  • Villes et sociétés urbaines dans le monde : L’objectif de cet enseignement est de permettre aux étudiants d’acquérir les bases d’une approche géographique de la ville et des systèmes urbains. Le CM abordera les thèmes suivants : les questions de définition et de délimitation de la ville, les dynamiques de l’urbanisation dans le monde, les systèmes de villes, l’organisation des espaces urbains, les représentations de la ville et du fait urbain. Sur chacun de ces thèmes, les TD développeront des exemples précis, choisis dans différentes aires géographiques et appuyés sur des dossiers de documents variant les échelles d’analyse.

  • Hydrosystèmes : Cet enseignement a pour objectif de combiner les différents concepts et processus de la géographie physique. Les composantes des milieux physiques s’intègrent dans des fonctionnements complexes sur l’espace. La notion de système permet d’envisager les connexions entre les flux d’eau, les dynamiques du sol, de l’atmosphère et de la biosphère, mais aussi les impacts directs et différés des pratiques sociales.

Unité d’Enseignement 2 - Méthodes

1 matière d'outil au choix parmi trois propositions, 1 langue au choix parmi 10 propositions.

  • Système d'information géographique : Outils actuellement privilégiés d’aide à la décision en environnement, aménagement ou dans le domaine des risques naturels et technologiques, les SIG sont en lien direct avec les grandes thématiques géographiques. Cet enseignement familiarise les étudiants avec l’utilisation de nouveaux outils informatiques dédiés à l’analyse spatiale et à la manipulation des données localisées. C’est un enseignement à la fois théorique et pratique qui donnera une bonne connaissance des principes de base utilisés dans les SIG et la pratique d’un logiciel spécifique : ArcGis. Le cours insistera d’abord plus particulièrement sur la manipulation des données de type « vectoriel » avant d’aborder principalement la manipulation des données de type « raster » ainsi que la visualisation « 3D » de l’information spatiale. Bien que l’apprentissage sous ArcGis soit privilégié, l’utilisation de logiciels SIG « gratuits » viendra compléter la formation pratique. Les étudiants qui choisissent cet outil au 1er semestre ne pourront en aucun cas le choisir à nouveau au second.

  • Analyse de données et représentation cartographique : La multiplication des sources et l’accélération de leur diffusion accroissent la richesse potentielle de l’information géographique et sa complexité. Aussi doit-on plus que jamais mobiliser les moyens méthodologiques et techniques adaptés pour en montrer les ressorts thématiques et en représenter les formes spatiales. Ce cours, destiné à la prise en main, la représentation et l’enrichissement de données géographiques hétérogènes, vise à rendre les étudiants autonomes face à la masse des données spatialisées, dans l’approche méthodologique des matrices d’information géographique et leurs représentations cartographiques, et à comprendre ainsi leurs traits majeurs, affiner le questionnement à leur sujet ou enrichir l’information initiale.Les étudiants qui choisissent cet outil au 1er semestre ne pourront en aucun cas le choisir à nouveau au second.

  • Production photo et vidéo, réalisation de films documentaires : La formation offerte par l’atelier Géo-vidéo est une des spécificités de l’UFR de Géographie de Paris 1 : elle forme les étudiants à la réalisation de films documentaires. Par film documentaire, nous entendons le genre cinématographique documentaire (parfois également appelé « Cinéma du réel ») qui propose d’adopter les codes du langage cinématographique pour enrichir notre réflexion géographique. Cet enseignement s’organise autour de deux axes : voir et montrer. Tout comme l’on apprend en même temps à écrire et à lire, les étudiants apprennent ici parallèlement à analyser des films et à réaliser des films documentaires. Une partie de chaque séance sera consacrée à l’analyse critique de films documentaires de référence afin que les étudiants se forgent une véritable culture cinématographique dans ce genre peu connu. Par ailleurs, les étudiants réaliseront en groupe un court-métrage de 5 mn sur un thème proposé par l’enseignant. Ils seront initiés à toutes les phases de la réalisation d’un film : écriture, tournage, montage et bénéficieront de l’intervention de professionnels (réalisateur, chef-opérateur, preneur de son et monteuse).

  • Langues : Le Service Général des Etudes de Langues (SGEL) dispense les enseignements de langues. Les étudiants de géographie peuvent choisir entre les langues suivantes : Allemand – Anglais – Arabe – Chinois – Espagnol – Français Langue Etrangère – Italien – Japonais – Portugais – Russe.

Unité d’Enseignement 3 - Approfondissements spécialisés

4 matières obligatoires.

  • Politique de la ville : L’objectif de cet enseignement est double : aider à l’acquisition d’une culture générale dans le domaine de l’intervention publique sur le logement et examiner les principales mesures mises en place dans le cadre de « la politique de la ville » depuis le début des années 1980. La politique de la ville désignant les actions engagées en faveur des quartiers dits sensibles ou marginalisés, le cours portera sur les différents dispositifs mis en œuvre dans ce cadre. Il permettra aux étudiants de développer une approche critique de cette politique. Une sortie en région parisienne viendra compléter un enseignement organisé autour de cours, exposés, débats et analyses documentaires.

  • Architecture : Après une présentation de la nature de l’Architecture et de sa signification à travers l’histoire de notre civilisation, cet enseignement analyse l’émergence de l’Architecture moderne comme expression, résultat et instrument des grandes mutations technologiques, économiques, politiques et idéologiques de la Modernité. Du Néoclassicisme au Bauhaus, le cours est une introduction critique à la culture et au langage des Architectes, une initiation à leurs espoirs, à leurs illusions et à leurs déceptions.

  • Politiques publiques d’aménagement et d’environnement : Au tournant des années 1990, de nouvelles politiques publiques d’aménagement des territoires se mettent en place en France et en Europe, plaçant le développement local et durable au cœur de leurs objectifs, et envisageant les espaces de projets comme les modalités privilégiées pour y parvenir. Le cours s’appuie sur l’analyse de politiques publiques emblématiques dans des territoires spécifiques (politiques de développement rural, politique de la ville et projets urbains, politique de la montagne, etc.) et dans des contextes territoriaux différents (la France, l’Allemagne, l’Europe). L’objectif de cet enseignement est d’analyser les tensions et les articulations qui se nouent entre les enjeux de l’aménagement et ceux de la protection de l’environnement, entre les principes de cohésion et de compétitivité territoriales, entre les logiques participatives et les logiques sélectives.

  • Enjeux d'aménagement et d'environnement : Cet enseignement consiste à montrer les spécificités de l’approche géographique de l’environnement. Les grands enjeux environnementaux, abordés dans leurs composantes à la fois naturelles et sociales, concernent nécessairement des territoires dont l’échelle varie, depuis celle - mondialisée - du globe (Global Change, impacts des échanges liés à la mondialisation) jusqu’au niveau local, celui des communautés paysannes ou des communes et quartiers urbains (enjeux d’appropriation et de gestion des ressources, d’élimination des déchets...). Le cours propose d’envisager quelques grands problèmes environnementaux (protection de la nature, réchauffement de la planète, risques et nuisances...) ainsi que la question de la territorialisation des processus de réglementation et de gestion de l’environnement.

2ème semestre
Unité d’Enseignement 1 - Connaissances fondamentales
1 matière obligatoire.
  • L'analyse spatiale : L’analyse spatiale s’intéresse aux propriétés des objets géographiques, en tant qu’ils sont localisés. L’objectif est de montrer en quoi la prise en compte des situations géographiques est utile à la connaissance de ces objets, comment elle contribue à en expliquer des caractéristiques et à en comprendre les dynamiques. Les situations sont donc appréhendées comme un facteur susceptible d’intervenir dans l’explication de la diversité des lieux et, partant, des modes d’organisation de l’espace qui y sont associés. Désormais au cœur des usages qui sont faits des Systèmes d’Information Géographique, l’analyse spatiale donne une grande variété d’outils au géographe. Elle apprend à résumer une information géographique. Pour une région, ou dans un réseau, elle aide à reconnaître des structures spatiales. Enfin, elle propose à la fois des outils de modélisation des structures spatiales, et de tests des modèles mis en œuvre.

1 matière obligatoire au choix parmi les trois ci-dessous :

  • Changements environnementaux :  L’étude des « milieux naturels » dans la dynamique propre des systèmes bio-physiques comme dans leurs interférences avec les systèmes sociaux se place dans le temps. Les temporalités sont diverses et ne font pas une place identique aux différents paramètres d’évolution. L’évolution à long terme correspond notamment aux variations climatiques quaternaires, l’évolution à moyen terme montre le poids croissant de l’anthropisation puis des aménagements historiques. Enfin les changements actuels traduisent, tant au plan local qu’au plan global, les impacts des activités humaines sur l’environnement. On s’interrogera sur les rétroactions complexes entre pratiques sociales et dynamiques des milieux « naturels ». On recherchera les rythmes d’évolutions imprimés par les dynamiques de nature et les temps imposés par l’évolution des enjeux sociaux. Les changements environnementaux seront donc présentés à plusieurs échelles, à travers des exemples précis : les marques du quaternaire aux moyennes et basses latitudes, les variations du niveau des océans, les transformations des paysages au cours de l’histoire, les enjeux locaux et les changements globaux.

  • Dynamiques spatiales des pays émergents et en développement : Cet enseignement privilégiera une approche par les mutations spatiales et les objets des questions de développement et d’émergence dans les pays dits du Sud. Il analysera les évolutions à des échelles variées et emboîtées des relations villes-campagnes dans la globalisation, les nouveaux enjeux des espaces agricoles des pays en développement, les processus de métropolisation et de mégalopolisation, le rôle structurant des grands équipements dans les réorganisations régionales. Le CM et les TD seront centrés sur les processus spatiaux et les nouvelles dynamiques territoriales attachés aux mondes émergents et en développement.

  • Les nords :  Depuis la révolution industrielle, les puissances occidentales dominent le monde. Leur influence, militaire, économique et spirituelle, transforme les espaces sur lesquels elle s’exerce. Différents schémas théoriques ont décrit et interprété l’organisation dichotomique entre « l’Ouest et le reste ». Les « Nords » s’opposent ainsi aux « Suds ». Mais quels sont les « Nords » ? Doit-on inclure le Japon, la Russie ou les nouvelles puissances émergentes ? Ce cours se limitera à l’Europe occidentale et à l’Amérique du nord. On montrera d’abord le rôle de l’Europe dans l’invention de la modernité, en insistant sur la dimension territoriale. L’analyse de l’émergence stato-nationale et territoriale des Etats-Unis permettra par la suite de présenter un chemin alternatif vers la puissance mondiale. La comparaison entre l’Europe et les Etats-Unis révélera les similarités et les différences entre un continent bâti sur les atouts et subissant les contraintes d’une longue histoire et le « nouveau monde ». On insistera sur les villes et leur rôle pour évoquer le jeu entre territoires et réseaux et son influence dans l’intégration régionale. L'étude enfin du fonctionnement des Etats-Unis d’Amérique permettra d’envisager la question de la construction européenne sous un angle comparatif. Quel avenir pour le projet des « Etats-Unis d'Europe » ? Comment sortir de la crise politique européenne déclenchée par la crise économique ? Peut-on tirer des enseignements de l’expérience américaine ?

Unité d’Enseignement 2 - Méthodes

1 matière d'outil au choix parmi quatre propositions, 1 stage d'initiation à la recherche parmi 7 propositions, 1 langue au choix parmi 10 propositions.

  • Système d'information géographique : Outils actuellement privilégiés d’aide à la décision en environnement, aménagement ou dans le domaine des risques naturels et technologiques, les SIG sont en lien direct avec les grandes thématiques géographiques. Cet enseignement familiarise les étudiants avec l’utilisation de nouveaux outils informatiques dédiés à l’analyse spatiale et à la manipulation des données localisées. C’est un enseignement à la fois théorique et pratique qui donnera une bonne connaissance des principes de base utilisés dans les SIG et la pratique d’un logiciel spécifique : ArcGis. Le cours insistera d’abord plus particulièrement sur la manipulation des données de type « vectoriel » avant d’aborder principalement la manipulation des données de type « raster » ainsi que la visualisation « 3D » de l’information spatiale. Bien que l’apprentissage sous ArcGis soit privilégié, l’utilisation de logiciels SIG « gratuits » viendra compléter la formation pratique. Les étudiants qui choisissent cet outil au 1er semestre ne pourront en aucun cas le choisir à nouveau au second.

  • Analyse de données et représentation cartographique : La multiplication des sources et l’accélération de leur diffusion accroissent la richesse potentielle de l’information géographique et sa complexité. Aussi doit-on plus que jamais mobiliser les moyens méthodologiques et techniques adaptés pour en montrer les ressorts thématiques et en représenter les formes spatiales. Ce cours, destiné à la prise en main, la représentation et l’enrichissement de données géographiques hétérogènes, vise à rendre les étudiants autonomes face à la masse des données spatialisées, dans l’approche méthodologique des matrices d’information géographique et leurs représentations cartographiques, et à comprendre ainsi leurs traits majeurs, affiner le questionnement à leur sujet ou enrichir l’information initiale.Les étudiants qui choisissent cet outil au 1er semestre ne pourront en aucun cas le choisir à nouveau au second.

  • Télédetection : Malgré la diffusion  d’outils comme Google Earth, le rôle des satellites d’observation de la Terre reste mal connu ou trop souvent cantonné au domaine de la recherche. Néanmoins, par leur présence dans les média, les images du géoïde terrestre (satellite Planck) dévoilées en conférence de presse par l’ESA, celles de l’étendue de la banquise arctique (satellites Envisat, SMOS et Cryosat), celles des concentra-tions de gaz à effet de serre mesurées par l’instrument SCIAMACHY (satellite Envisat) ou bien encore les images sub-métriques (satellite GeoEye) de la centrale de Fukushima, ont suscité l’admiration et la curiosité du public. Cependant, comprendre l’intérêt et la portée scientifique de ces nouvelles représentations de l’espace requiert une initiation progressive. Celle-ci fera l’objet de cet enseignement.

  • Techniques d'enquête : Savoir utiliser différentes techniques d’enquête est utile dans une perspective de recherche (stage de terrain, mémoire de Master) mais aussi dans une perspective professionnelle (diagnostic territorial, expertise). Cet enseignement a pour objectif de rendre les étudiants autonomes dans la construction d’une enquête de terrain en géographie, de sa conception aux résultats formalisés. Des séances en salle alternent avec des applications sur le terrain - en petits groupes - pour aborder les principales étapes du travail : formulation des objectifs, définition d’un terrain et élaboration d’une stratégie d’enquête ; récolte des données (définition d’un corpus et/ou échantillonnage, élaboration d’un guide d’entretien, construction et administration d’un questionnaire, établissement d’une grille d’observation) ; traitement des données recueillies (principales méthodes et mise en image) ; présentation des résultats (supports et publics de la restitution, règles et conventions d’une présentation scientifique).

  • Stage d'initiation à la recherche :  Cet enseignement est centré sur une semaine de stage de terrain, préalablement préparée en salle, pendant laquelle les étudiants devront aborder de façon autonome une question de recherche. Encadrés par un ou plusieurs enseignants, ils devront mener des investigations pour constituer un rapport de stage qui devra répondre à des questionnements de recherche clairement identifiés. L’objectif sera d’arriver sur le terrain avec les connaissances de base nécessaires à la recherche, avec les questions directrices et les méthodes adéquates pour y répondre. Ainsi, les étudiants apprennent à formuler des hypothèses de recherche, à mettre en œuvre des méthodes variées pour les vérifier, et à rédiger un rapport ordonné. Cet enseignement offre aux étudiants une première expérience de recherche et leur permet de prendre la mesure du travail demandé en Master. Les étudiants choisissent la thématique dominante qui les intéresse parmi sept stages (nommés ci-après) dont les descriptifs détaillés sont affichés au secrétariat de géographie et disponibles sur le site Internet de l’UFR: Environnement montagnard, Géographie rurale, Aménagement et développement économique (Ile-de-France), Architecture et urbanisme (Ile-de-France), Environnement littoral, Géographie urbaine et aménagement, Géographie et pratique du développement.

  • Langues : Le Service Général des Etudes de Langues (SGEL) dispense les enseignements de langues. Les étudiants de géographie peuvent choisir entre les langues suivantes : Allemand – Anglais – Arabe – Chinois – Espagnol – Français Langue Etrangère – Italien – Japonais – Portugais – Russe.

Unité d’Enseignement 3 - Approfondissements spécialisés

3 matières obligatoires.

  • Economie régionale et urbaine : Cet enseignement vise à doter les étudiants d’une boite à outils conceptuelle et méthodologique en économie de l’aménagement. Il s’appuie sur un corpus de connaissances théoriques en même temps que sur des expériences pratiques d’analyses/diagnostic récentes menées par une professionnelle du développement territorial. L’intention problématique principale est de mettre en valeur les facteurs et mécanismes de la croissance territoriale et d’aboutir à une définition - adaptée aux enjeux de l’action publique - de la notion de « développement local ».

  • Outils de l'aménagement : Cet enseignement est une initiation à l’urbanisme opérationnel et à l’aménagement urbain. Il présente les objectifs des politiques urbaines et les outils juridiques et financiers de l’aménagement. Sont abordés en particulier : les outils de planification urbaine, les outils des politiques foncières, les principales procédures d’aménagement, les outils du financement de l’aménagement. Les séances reposent sur des exemples concrets, notamment en France : analyse de la maîtrise d’ouvrage urbaine, de la conduite de projets, de la programmation, de la composition urbaine et du bilan financier des opérations d’aménagement.

  • Aménagement et maîtrise d’ouvrage urbaine : Cet enseignement sensibilise les étudiants à la pratique de l’urbanisme au sein d’une collectivité territoriale par l’application concrète de la méthode de définition d’une problématique d’aménagement sur un projet urbain à petite échelle. On présentera des projets urbains depuis leur établissement jusqu’à leur mise en œuvre. Des visites des sites concernés seront organisées afin d’en avoir une appréhension plus concrète.

Pour candidater: informations ici

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now